Construction d'une garde-robe éthique et responsable

Guide pour une Garde-Robe Éthique et Durable

Dans cet article, nous allons nous pencher sur la question de la mode éthique et durable et vous donner des conseils pratiques pour trouver des entreprises qui partagent vos valeurs. Comprendre ce que signifient les termes “durable” et “éthique” n’est pas simple.

La mode qui est fabriquée, promue et utilisée de la manière la plus responsable sur le plan environnemental et social est appelée mode durable et éthique. Il s’agit de travailler activement à l’amélioration de chaque étape du cycle de vie d’un produit, y compris la conception, la production de matières premières, la fabrication, le transport, le stockage, le marketing et la vente finale, ainsi que l’utilisation, la réutilisation, la réparation, la refonte et le recyclage du produit final et de ses éléments constitutifs.

Nous parcourons les magasins et nos onglets d’ordi sont ouverts avec l’intention de faire un achat après avoir aspiré à être plus attrayant ou “à la mode“, en adoptant la mentalité “je mérite un auto-cadeau“, ou simplement pour éviter de s’ennuyer. Notre dissonance cognitive concernant la promotion d’une mode éthique et écologique est bien cachée dans cet état. Lorsque nous nous laissons influencer par une publicité ou par la fausse urgence d’une promo, nos convictions commencent à prendre l’eau.

Notre culture confond souvent la “l’amour de soi” avec le soin de soi. Lorsque nous cliquons sur la souris, que nous recevons le colis et que nous enfilons l’article pour la première fois, nous ressentons une poussée de plaisir semblable à celle que provoque la prise d’un médicament. La dopamine, une hormone libérée lors d’activités agréables telles que le shopping, les sucreries, les relations sexuelles ou la consommation de drogues, nous pousse à en redemander. Lorsque l’excitation disparaît, nous sommes plus sensibles aux promos de vêtements de mauvaise qualité et aux messages des influenceurs sur les réseaux sociaux qui expliquent qu’il est facile de “s’offrir ce look chic”.

En plus de ne pas nous rendre heureux, ce cycle entraîne des dépenses excessives, nuit à l’environnement et aux personnes qui créent nos vêtements, et s’éloigne des idéaux de la mode éthique et durable.

Heureusement, il existe une autre voie. Il est possible d’avoir une garde-robe qui est non seulement magnifique et profondément gratifiante, mais qui excelle également en termes d’éthique et de durabilité.

Mais avant de voir comment construire une garde-robe éthique et durable, il convient d’établir quelques concepts.

La fast fashion : Qu’est-ce que c’est ?

La fast fashion se caractérise par des vêtements, des accessoires et des chaussures de qualité inférieure à des prix bas, qui imitent les styles présentés par les marques de couture et les marques haut de gamme lors des défilés de mode. Les marques de fast fashion peuvent lancer rapidement de nouvelles choses dans les magasins et sur internet en utilisant des matériaux bon marché, souvent synthétiques, et en recourant à la main-d’œuvre d’ateliers clandestins. Il n’est pas rare qu’un nouveau matériau arrive une ou deux fois par semaine, ce qui peut donner lieu à 52 à 104 “saisons” par an. Tous les articles ne se vendent pas forcément au prix fort, ce qui déclenche instantanément le cycle de vente.

Quels sont les effets de la Fast Fashion ?

Sur l’environnement : 

Il existe suffisamment d’études qui démontrent que l’industrie de la mode est l’une des plus polluantes au monde. En raison de l’opacité de la chaîne d’approvisionnement de l’industrie de la mode et de ses interactions avec d’autres secteurs polluants tels que les combustibles fossiles, les plastiques et les transports, il est difficile d’établir un classement précis.

L’eau :

La quantité d’eau douce utilisée chaque année par l’industrie de la mode est suffisante pour satisfaire la soif de 110 millions de personnes pendant une année entière. Plus concrètement, de la culture du coton à la teinture, la fabrication d’une seule paire de jeans consomme plus de 75 000 litres d’eau. Il faudrait 13 ans à une personne pour consommer autant d’eau ! Du côté des consommateurs, le lavage des vêtements contribue au rejet annuel de plus de 50 milliards de bouteilles en plastique de microfibres plastiques dans l’océan, soit un demi-million de tonnes.

Déchets textiles : 

En l’espace d’un an, 60 % de tous les vêtements fabriqués (y compris les articles qui ne sont jamais achetés) sont brûlés ou mis en décharge. Chaque année, chaque canadien envoie 37 kg de déchets textiles dans les décharges. Les fibres de pré consommation et les déchets textiles partagent le même sort dans 87 % des cas. 

Produits chimiques : 

Pour cultiver, traiter, laver, assouplir et teindre les tissus, l’industrie de la mode a besoin chaque année de 43 millions de tonnes de produits chimiques. En outre, ces composés rendent les vêtements finis ignifuges, résistants à la moisissure et aux taches ! Même si toutes ces substances ne sont pas dangereuses, celles qui le sont polluent l’eau douce, persistent dans l’écosystème et s’accumulent chez l’homme et l’animal, entraînant des maladies graves et des dysfonctionnements biologiques.

Pour répondre à la demande des consommateurs, l’utilisation des produits chimiques devrait augmenter de 3,5 % d’ici à 2030. Grâce à la campagne Detox de Greenpeace, de nombreuses entreprises ont supprimé les produits chimiques les plus dangereux de leurs chaînes d’approvisionnement, mais la diffusion de composés toxiques continue de représenter une grave menace pour la santé des personnes, des animaux et des écosystèmes. 

Le changement climatique : 

Si l’industrie de la mode était une nation, elle se classerait au quatrième rang international en termes d’émissions de CO2, selon l’OCDE. La quantité d’émissions produites équivaut à 372 millions d’automobiles roulant pendant une année entière. Cela s’explique en partie par l’augmentation de la fabrication, qui a doublé entre 2000 et 2014, et par la dépendance à l’égard des textiles fabriqués à partir de combustibles fossiles, tels que le polyester, qui représente 60 % de nos vêtements

Les animaux :

Selon les données recueillies par Common Objective en 2018, des centaines de milliards d’animaux sont tués chaque année pour leur peau, leur fourrure, leur duvet, leurs plumes et leur soie. Ces matières proviennent des bovins, des moutons, des chèvres, des visons et des renards, mais le plus souvent des vers à soie, des canards et des oies. 1,6 milliard de moutons, chameaux, alpagas, lapins et chèvres, en revanche, sont utilisés pour leur laine et leurs poils, mais ne sont pas tués au cours du processus. C’est l’une des raisons pour lesquelles il faut réfléchir à d’autres possibilités véganes, comme le cuir végan.

La fast-fashion et son impact sur l’Homme : 

La mode est l’un des secteurs de l’économie les plus “consommateur” en main-d’œuvre, employant directement 60 millions de travailleurs (coupe, couture, transformation, expédition et vente au détail) et 120 millions indirectement (agriculture et transformation des matières premières incluses). 80% de ces travailleurs sont des femmes, originaires pour la plupart des pays du Sud de l’hémisphère, et leur salaire est bien inférieur au salaire minimum. 

Le taux horaire dont une famille a besoin pour se nourrir, se loger, s’habiller, s’occuper des enfants, se déplacer et disposer d’un petit fonds d’urgence est appelé salaire de subsistance et est déterminé par le coût de la vie local. Les ouvriers du textile se sentent obligés de faire des heures supplémentaires et de supporter le harcèlement et des conditions de travail dangereuses parce qu’ils n’ont pas les moyens de payer leurs factures. En Chine, une journée de travail typique dure 14,6 heures, mais au Bangladesh, elle peut durer 17,4 heures. 

Selon l’Indice mondial de l’esclavage, 45,8 millions de personnes – y compris des enfants vivent en esclavage ou en situation de travail forcé dans le monde. Selon l’indice, 58 % des personnes qui travaillent comme esclaves ou dans le cadre d’un travail forcé résident dans les principaux pays producteurs de coton et de mode comme la Chine, le Pakistan, l’Inde, le Bangladesh et l’Ouzbékistan, qui sont tous “très vulnérables aux conditions qui mènent à l’esclavage”. 

Avec une population de 7 milliards d’habitants, nous consommons actuellement plus de 100 milliards de vêtements par an. La majorité de cette consommation – environ 14 vêtements par personne et par an – a lieu dans les pays développés. Greenpeace a découvert que 66 % des acheteurs perdaient le “désir” d’un nouvel habit entre quelques minutes et un jour, d’après une enquête menée auprès de 1 000 personnes à la sortie d’un magasin.

De l’espoir pour un mode éthique

Alternatives véganes pour les matériaux textiles écologiques

Pourtant, il y a de l’espoir ! Nous pouvons améliorer considérablement le monde par nos choix de mode si nous le faisons tous ensemble. La stratégie la plus forte consiste à acheter des vêtements d’occasion.

Qu’est-ce qu’un vêtement durable et éthique ?

Les termes “éthique” et “durable” sont souvent utilisés comme synonymes. Bien qu’il y ait un certain chevauchement, de manière générale, la durabilité fait référence à l’origine d’un article, c’est-à-dire à la manière dont il a été fabriqué, à la manière dont il est utilisé et à ce qu’il devient à la fin de sa vie, tandis que l’éthique fait référence à la manière dont les personnes et les marques se comportent.

L’éthique concerne les valeurs et les décisions.

L’éthique reste très personnelle, même si la société a des notions normalisées de ce qui est bien ou mal. Nous agissons et prenons des décisions en fonction de notre code de valeurs personnel. Nos principes éthiques personnels définissent des critères précis liés à la mode, tels que privilégier les articles made in France, choisir des matériaux végétaliens (comme le jute, le coton bio, le modal ou le lyocell), prendre une pause d’un an dans les achats, ou soutenir les créateurs issus de pays pauvres autant que possible. Nos convictions nous aideront également à faire des choix éthiques plus complexes, comme acheter chez un détaillant de “Fast Fashion”, mais seulement si nous ne pouvons pas satisfaire nos besoins en utilisant des ressources de seconde main.

Les marques de mode sont également soumises à des normes éthiques. En tant que clients, nous pouvons nous renseigner sur leurs activités. Prennent-elles des décisions commerciales favorables à l’environnement, aux personnes et aux animaux ? Peuvent-elles démontrer leurs pratiques commerciales éthiques en remontant leur chaîne d’approvisionnement jusqu’aux matières premières et à chaque usine de “coupe et couture” ? Sont-elles honnêtes avec leurs actionnaires et leurs clients au sujet de leurs pratiques commerciales ? Sur ce sujet, il y aurait sans doute beaucoup à dire !

Enfin, l’éthique s’applique aux pratiques commerciales de l’industrie de la mode. Il est , pour l’industrie, nécessaire de faire des économies sur les travailleurs et l’environnement pour réduire les coûts, et les clients doivent continuer à faire des achats compulsifs. C’est ce qui est apparu clairement lorsque, dans les semaines qui ont précédé la fermeture des magasins à cause de la COVID-19, le secteur de la mode a refusé de payer 953 millions de produits finis. Les commandes futures ont été annulées, les travailleurs – pour la plupart des femmes qui vivaient déjà sous le seuil de pauvreté – n’ont pas été payés, et les vêtements déjà fabriqués ont probablement été brûlés parce qu’il n’y avait pas de marché pour eux.

Le maintien d’une vie riche et saine pour les Humains, les animaux, les plantes et les systèmes terrestres, aujourd’hui et à l’avenir, est la raison d’être de la durabilité.

La durabilité : définition 

Le comité de durabilité de l’UCLA définit la durabilité comme “l’intégration de la santé environnementale, de l’équité sociale et de la vitalité économique pour créer des communautés prospères, saines, diversifiées et résilientes pour cette génération et les générations à venir“.

Par conséquent, les vêtements véritablement durables sont produits, utilisés et recyclés de manière à favoriser la survie et la croissance de l’environnement, de la société et de l’économie.

Mesures à adopter au quotidien 

Ces définitions placent la barre très haut et sont presque inatteignables pour nous “simples consommateurs”. Parce que nous devons utiliser des ressources, rien n’est jamais complètement durable. De nombreux choix moraux ont des conséquences involontaires qui nuisent à quelqu’un, à un animal ou à un écosystème.

Il est important de noter que le “budget” et le “temps” jouent un rôle dans notre prise de décision. Parfois, il n’est tout simplement pas possible de respecter nos valeurs parce que ce n’est pas compatible avec notre budget, avec notre timing, nos obligations… Toutefois, nous pouvons progressivement modifier nos comportements et contribuer à créer un avenir plus durable en prenant des décisions plus éthiques, en soutenant des produits éthiques et durables et en nous informant sur l’impact de l’industrie de la mode.

Voici quelques actions réalisables pour intégrer l’éthique et l’écologie dans votre garde-robe :

S’informer : 

Tenez-vous au courant des effets sociaux et environnementaux de l’industrie de la mode. Pour rester au fait des tendances et des avancées, lisez des blogs, regardez des documentaires et suivez des influenceurs de la mode éthique et durable.

Faites des achats judicieux : 

Dépensez votre argent pour des habits intemporels qui dureront de nombreuses années et privilégiez la qualité à la quantité. Encouragez par vos achats des marques qui privilégient les méthodes commerciales éthiques, les produits respectueux de l’environnement et les chaînes de fournisseurs transparentes.

Achetez d’occasion : 

L’achat de vêtements d’occasion est un excellent moyen de réduire votre impact sur l’industrie de la mode tout en continuant à profiter de votre passion pour la mode. Rendez-vous dans des magasins de seconde main, des friperies ou des sites web spécialisés dans les vêtements d’occasion comme Vinted par exemple.

Mode éthique et durable avec des vêtements en coton biologique

Réparez, entretenez, réutilisez :

Prenez soin de vos vêtements, car ils dureront beaucoup plus longtemps. Pour réduire l’usure, lavez les vêtements moins régulièrement, corrigez les petits défauts et conservez-les correctement.

Au lieu de jeter les vêtements usagés, soyez inventif et donnez-leur une nouvelle vie grâce à l’upcycling. Vous pouvez aussi les recycler ou les donner à des entreprises qui peuvent réutiliser les matériaux.

Adoptez un concept de garde-robe minimaliste en choisissant un certain nombre de pièces adaptables et de qualité qui peuvent être combinées pour créer une variété de looks.

Entamez une discussion en expliquant à votre famille et à vos amis les intérêts de la mode éthique et durable. En transmettant votre expertise, vous pouvez inciter d’autres personnes à prendre des décisions plus réfléchies.

Encouragez le changement en aidant les groupes et les programmes visant à accroître la durabilité et la moralité de l’industrie de la mode. Participez à des campagnes, signez des pétitions et utilisez votre voix pour demander aux entreprises de mode d’adopter des normes éthiques plus strictes.

Soyez indulgent avec vous-même. 

La transition vers un mode de vie éthique et durable est un marathon et non un sprint, et il est essentiel de comprendre que le progrès l’emporte sur la perfection. À mesure que vous progressez dans vos connaissances et votre attachement à la mode éthique, reconnaissez vos réussites et félicitez vous et tirez les leçons de vos échecs.

Vous serez sur la bonne voie pour créer une garde-robe plus éthique et plus durable en adoptant ces actions dans votre vie quotidienne, ce qui aidera non seulement le monde et ses habitants, mais aussi vous-même. Gardez à l’esprit que même des ajustements apparemment insignifiants peuvent avoir un impact important. Adoptons donc une mode éthique et durable et travaillons à améliorer le monde pour les générations à venir.

L’approche “le progrès plutôt que la perfection” encourage l’apprentissage constant et l’essai de nouvelles choses. 

Inspirez les autres aussi ! Le fait de partager votre chemin avec les autres peut les inciter à suivre vos traces plutôt que de les intimider parce que l’effort semble impossible ou que le message est perçu comme un reproche plutôt qu’une source de motivation.

Comment créer une garde-robe éthique et durable ?

Il existe plusieurs chemins pour développer une garde-robe plus morale et plus respectueuse de l’environnement ! Utilisez votre pouvoir de consommateur et de citoyen du monde à bon escient en décidant de porter, d’acheter, de fabriquer ou d’adopter l’une des actions énumérées.

Essayez de ne pas vous surmener en vous assurant que chaque case est cochée pour tout ce que vous possédez. Si chacun d’entre nous adoptait une ou deux de ces habitudes chaque semaine ou à chaque achat, l’effet papillon rendrait la mode encore plus éthique.

Textiles naturels et durables : 

Choisissez des produits fabriqués à partir de fibres naturelles (coton, laine, lin et soie) qui s’inscrivent dans une démarche de développement durable, comme le denim en coton produit avec moins d’eau, tout type de viscose, de rayonne ou de modal qui n’utilise pas de pulpe d’arbre provenant de forêts anciennes, ou des substituts de cuir non toxiques comme le pinatex, fabriqué à partir d’ananas. 

N’oubliez pas qu’une fibre n’est pas nécessairement considérée comme durable simplement parce qu’elle provient d’une plante ou d’un végétal ! Comme nous l’avons déjà mentionné, le coton conventionnel utilise beaucoup d’eau et de pesticides.

Fibres recyclées : 

Il est de plus en plus courant de porter ou d’accessoiriser des articles fabriqués à partir de fibres recyclées. Parmi les exemples, citons le denim contenant un pourcentage de coton recyclé, les maillots de bain en nylon fabriqués à partir de plastique océanique (connu sous le nom d’Econyl), le similicuir fabriqué à partir de fibres d’ananas et le fil pour la laine polaire et les chaussures fabriqué à partir de bouteilles en plastique recyclées. Vous pouvez en savoir plus sur la composition d’un article en lisant l’étiquette de composition de votre vêtement. Il est essentiel de garder à l’esprit que les tissus composés d’une combinaison de fibres végétales et synthétiques (comme le coton et l’élasthanne) ne peuvent pas être recyclés ou compostés à la fin de leur cycle de vie.

Recherchez les logos de certification : 

Quelques exemples sont le commerce équitable, GOTS (Global Organic Textile Standard), Bluesign, PETA, B-Corp Certified et FSC. Ces logos provenant d’organismes de certification indépendants vous donnent l’assurance que le produit est non toxique, produit de manière éthique, végétalien ou exempt de tests sur les animaux, sans vous obliger à effectuer des recherches supplémentaires.

Une écharpe fabriquée par des femmes qui quittent le commerce du sexe, des bijoux fabriqués par des jeunes qui vivent dans la rue ou des produits fabriqués par un artisan qui préserve son savoir-faire culturel, comme le tissage, la teinture, la maroquinerie ou la métallurgie, sont autant d’exemples d’articles fabriqués dans un but social.

Portez un vêtement fabriqué par vous, votre grand-mère ou un artisan de votre région. 

Ne jetez rien : 

Acceptez d’acheter des vêtements d’occasion, de louer, d’emprunter ou d’échanger des produits pour des occasions spéciales, et de réutiliser ou de recycler les ressources. En faisant don de vos vieux vêtements à des associations caritatives ou à des groupes communautaires, vous éviterez qu’ils ne soient jetés lorsque le moment sera venu de vous en séparer.

Planifiez vos achats : 

Faites une liste des vêtements dont vous avez besoin afin d’éviter les achats impulsifs. Vous serez ainsi en mesure de faire des choix plus judicieux et plus durables la prochaine fois que vous irez acheter de nouveaux vêtements pour votre garde-robe.

Organisez des échanges de vêtements : 

Organisez des échanges de vêtements avec des amis, des parents ou des membres de votre voisinage pour échanger des vêtements légèrement usagés. Cela permet non seulement d’encourager l’achat de vêtements respectueux de l’environnement, mais aussi de renouveler sa garde-robe sans produire de déchets.


Voilà pour nos réflexions et nos idées pour contribuer à une planète plus durable pour nos enfants, pour nous. Le but n’est pas de vous priver, de vous faire la morale ou des reproches. Mais nous pensons que tous ensemble nous pouvons continuer à profiter de notre passion ou de notre goût pour les fringues, tout en limitant notre impact sur la planète et ce qui la compose. Si vous êtes allés au bout de cet article, on vous en remercie; n’hésitez pas à laisser un commentaire pour nous partager votre avis. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *